Esthétique de la résilience dans le théâtre jeunesse de la guerre

Laurianne Perzo

Résumé


Le théâtre pour la jeunesse s’est construit en associant deux finalités : l’éveil de la jeunesse dans son rapport au monde et le respect de sa sensibilité. Si la poétique de l’enfance peut permettre de dénoncer une réalité sociopolitique, c’est toujours sans heurter le jeune lecteur-spectateur. C’est dans cette perspective que les écritures dramatiques pour la jeunesse participent du développement de ce que nous identifions comme des “esthétiques de la résilience”. En donnant une lecture de certains traumatismes et de l’enfant blessé, tels qu’ils paraissent dans les dramaturgies de la guerre pour la jeunesse, les auteurs élaborent des trajectoires de résilience pour le personnage d’enfant, permettant à la fois de dénoncer une réalité cruelle et d’exposer ces sujets saisissants par leur violence intrinsèque et l’actualité qu’ils corroborent, à un jeune lecteur. Cette étude propose d’appréhender comment la guerre, en tant qu’écriture de l’irreprésentable, tend à réaménager le discours de l’auteur, sa parole, et la structure dramatique de l’œuvre, et en quoi la résilience, véritable topos littéraire ayant vocation à métaphoriser la violence, révèle les potentialités du personnage capable de sublimer le traumatisme.


Mots-clés


résilience; guerre; enfant-personnage; théâtre

Texte intégral :

PDF HTML





2012 | Revue critique de fixxion française contemporaine |  (ISSN 2033-7019)  |  Habillage: Ivan Arickx |  Graphisme: Jeanne Monpeurt
Sauf indication contraire, textes et documents disponibles sur ce site sont protégés par un contrat Creative Commons CClogo