Lorsque meurent les souverains : contours de l’épicisme de Laurent Gaudé dans “La mort du roi Tsongor” et “Pour seul cortège”

Isabelle Périer

Résumé


Les deux romans de Laurent Gaudé, La mort du roi Tsongor et Pour seul cortège, peuvent être qualifiés d’épiques au sens où ils s’appuient sur un intertexte et des procédés relevant de l’épopée. Toutefois, bien qu’esthétisant la guerre, ils remettent en question les grandes valeurs de cette dernière en montrant que la guerre n’est pas glorieuse et que la mémoire qu’elle promet n’est qu’un leurre. Proposant un autre modèle d’héroïsme sacrificiel et humain dans un monde sans transcendance, ces romans promeuvent une forme de vérité reposant sur la parole vivante et l’écriture romanesque.


Mots-clés


roman; mémoire; intertextualité; quête initiatique

Texte intégral :

PDF HTML





2012 | Revue critique de fixxion française contemporaine |  (ISSN 2033-7019)  |  Habillage: Ivan Arickx |  Graphisme: Jeanne Monpeurt
Sauf indication contraire, textes et documents disponibles sur ce site sont protégés par un contrat Creative Commons CClogo