L’épopée ferroviaire : Migrations et mémoire de la colonisation dans le récit contemporain

  • Morgane Cadieu Yale University

##article.abstract##

Les diverses représentations littéraires du train depuis son invention reflètent l’Histoire : la révolution industrielle, la résistance des cheminots, la déportation, mais aussi une dimension encore trop souvent négligée, la colonisation et les guerres de décolonisation. Exploitation de l’Afrique via la construction de réseaux ferrés depuis la seconde moitié du XIXe siècle et grève des cheminots en Afrique de l’Ouest (Sembène, Senghor) ; possibilité, lors de l’exposition coloniale de 1931, de faire
le tour des pavillons de l’empire français à bord d’un train (Daeninckx) ; massacre d’octobre 1961 et affaire de la station de métro Charonne pendant la guerre d’Algérie (Sebbar). Ces événements historiques hantent depuis lors le système ferroviaire de la France métropolitaine. L’épopée du rail n’est donc plus un hymne au progrès mais le nouveau cadre des récits de migration qui réactive la mémoire de la colonisation (Boudjedra, Djemaï, Kerangal, Mabanckou, Maspero).

##submission.authorBiography##

##submission.authorWithAffiliation##
Morgane Cadieu est professeur de littérature française moderne et contemporaine à l’université de Yale. Son premier livre sur Perec, Beckett, Calle, Calvino et Garréta s’intitule “Marcher au hasard : déterminisme, clinamen et libre-arbitre en littérature au XXème siècle”. Son deuxième projet porte sur le renouvellement de la figure du transfuge de classe dans le récit contemporain.
##submissions.published##
2017-06-13
##section.section##
Etudes

##article.subject##

train; métro; gare; migration; colonisation