Lesbianism and Maternal Ambivalence in Hélène de Monferrand’s “Les amies d’Héloïse” and “Les enfants d’Héloïse”

Robert Payne

Résumé


Même si l’ambivalence maternelle est un objet récurrent de la critique littéraire française, le manque relatif de mères lesbiennes dans la littérature signifie inévitablement que la vaste majorité des études porte sur des représentations de l’ambivalence dans des contextes hétéroparentaux. Dans cet article, nous examinerons la représentation d’une mère lesbienne ambivalente dans Les Amies d’Héloïse (1990) et Les Enfants d’Héloïse (1997) d’Hélène de Monferrand. A partir de l’affirmation d’Adrienne Rich que l’amour maternel est perçu comme étant inconditionnel et parallèlement aux théories psychanalytiques féministes de l’ambivalence, nous explorerons le lien entre l’homosexualité de l’héroïne et son rapport tendu avec la maternité et ses enfants. Nous conclurons que, loin de renforcer la prétendue incompatibilité du lesbianisme avec la maternité, les romans rejettent le lien normatif entre le lesbianisme et la maternité négligente et soutiennent les efforts féministes pour normaliser l’amour maternel imparfait.

Mots-clés


lesbianisme; ambivalence maternelle; maternité; Hélène de Monferrand; Adrienne Rich

Texte intégral :

PDF (English) HTML (English)





2012 | Revue critique de fixxion française contemporaine |  (ISSN 2033-7019)  |  Habillage: Ivan Arickx |  Graphisme: Jeanne Monpeurt
Sauf indication contraire, textes et documents disponibles sur ce site sont protégés par un contrat Creative Commons CClogo