Michel Houellebecq and crime fiction: between polar and poésie

Russell Williams

Résumé


Cet article propose une lecture de l'œuvre de Houellebecq qui met en évidence en quoi son écriture constitue à la fois un commentaire sur et un hommage sincère au roman policier français. Il prendra pour point de départ l'affirmation contenue dans La Carte et le territoire (2010) que "Thierry Jonquet. En France c'est le meilleur, à mon avis" et suggère qu'une partie importante du roman peut être lue comme un remaniement intertextuel de certains aspects de l'œuvre de Jonquet. Il considère aussi les romans de Houellebecq sous l'angle de leur rapport avec les conventions du polar, tel le style de la prose/les conventions, par exemple stylistiques, du polar, et explore comment ses récits antérieurs peuvent également être éclairés par une appréciation de la place du genre dans son travail. Il suggère comment le travail théorique de Jean Cohen sur le roman policier peut mener à une compréhension critique de l'ambiance inquiétante de la fiction de Houellebecq. Il conclut que l'effet pessimiste et insatisfaisant créé par l'engagement partiel de Houellebecq dans le roman policier est symptomatique de sa vision du monde, ancrée dans la déception.


Mots-clés


Houellebecq; intertextualité; roman policier; Jonquet

Texte intégral :

PDF (English) HTML (English)





2012 | Revue critique de fixxion française contemporaine |  (ISSN 2033-7019)  |  Habillage: Ivan Arickx |  Graphisme: Jeanne Monpeurt
Sauf indication contraire, textes et documents disponibles sur ce site sont protégés par un contrat Creative Commons CClogo