Voies/x insituables de la fiction policière chez Marie Redonnet & Yves Ravey

Morgane Kieffer

Résumé


Nous proposons ici une esquisse de comparaison entre les romans de Marie Redonnet (Candy Story et Nevermore) et Yves Ravey (Moteur, Enlèvement avec rançon, L’Épave et Un notaire peu ordinaire).

Ces romans s’articulent autour d’une énigme, pour une progression de l’écriture tendue vers un dévoilement rétrospectif du passé. Ce geste s’inscrit apparemment dans la continuité du mouvement esquissé depuis les années 1980 de retour sur les normes et les héritages romanesques par le biais, notamment, de l’intertextualité. Toutefois, ces deux auteurs mettent en œuvre depuis l’exercice ludique auquel ils se prêtent un rapport quasi-conflictuel avec la bibliothèque. Sous le masque du roman policier et par ses voies (l’enquête, les stratégies de retardement et le travail de la chute), ils posent une voix polémique qui porte le soupçon sur le discours et laisse le lecteur pantois, déconcerté par une violence qui s’étend de l’intrigue à l’acte de lecture même, pour une écriture du saisissement.


Mots-clés


fiction policière; Ravey; Redonnet; jeu; éthique de l'incertitude

Texte intégral :

PDF HTML





2012 | Revue critique de fixxion française contemporaine |  (ISSN 2033-7019)  |  Habillage: Ivan Arickx |  Graphisme: Jeanne Monpeurt
Sauf indication contraire, textes et documents disponibles sur ce site sont protégés par un contrat Creative Commons CClogo