Polar historique et mémoire de la capture des esclaves

Yvonne-Marie Mokam

Résumé


La présente analyse se propose d’explorer les modalités qui permettent d’affilier La Saison de l’ombre de Léonora Miano au polar historique et de mettre en évidence les enjeux inhérents à un tel choix générique. En inscrivant l’intrigue criminelle dans un passé lointain, ce roman inaugure la pratique du polar historique en Afrique subsaharienne francophone. Dans un contexte où les fictions policières situent davantage leurs intrigues dans l’histoire récente, ériger la capture des esclaves en point focal d’une fiction criminelle correspond à un besoin de reconstituer la mémoire d’une époque occultée dans le champ de la fiction littéraire africaine. Cependant, l’enjeu d’une telle exploration du passé réside moins dans la justification de l’origine du chaos que d’en montrer le prolongement dans le présent.


Mots-clés


Afrique subsaharienne ; polar historique ; mémoire ; capture des esclaves

Texte intégral :

PDF HTML





2012 | Revue critique de fixxion française contemporaine |  (ISSN 2033-7019)  |  Habillage: Ivan Arickx |  Graphisme: Jeanne Monpeurt
Sauf indication contraire, textes et documents disponibles sur ce site sont protégés par un contrat Creative Commons CClogo