Didier Daeninckx, du roman au récit: quand élucider le réel ne suffit plus

Sonya Florey

Résumé


Une trentaine d’années séparent un néopolar et un récit de Didier Daeninckx, Meurtres pour mémoire et Retour à Béziers. Dans les deux œuvres, se dégage une même inclination à révéler les mécanismes de la société contemporaine – et notamment certains de ses dysfonctionnements : la corruption du pouvoir politique, une collision entre un idéal de justice et la morale, une polarisation des forces presque stéréotypée. Mais s’impose également une différence. Une évolution. Le personnage ne parvient plus à « lire » le monde qui l’entoure. La trace, selon nous, d’un réel qui se dérobe progressivement à une saisie rationnelle. Tout en examinant le mode d’appropriation des codes du néopolar dans ces deux œuvres, l’article commentera les changements de rapport au monde qu’ils induisent.

Mots-clés


néopolar; récit; Daeninckx; réel

Texte intégral :

PDF HTML





2012 | Revue critique de fixxion française contemporaine |  (ISSN 2033-7019)  |  Habillage: Ivan Arickx |  Graphisme: Jeanne Monpeurt
Sauf indication contraire, textes et documents disponibles sur ce site sont protégés par un contrat Creative Commons CClogo