Contemporary First Person Narrative and the Democratic Practice of Reading

Vanessa Doriott Anderson

Résumé


Dans cet article, je propose que les récits contemporains à la première personne prêtent à une pratique de lecture démocratique, malgré l’ambivalence qui accompagne souvent leur réception de la part des publics français et américain. Je définis cette pratique de lecture démocratique comme une fonction du rapport entre l’auteur et le lecteur, qui peut s’établir grâce à l’exclusion de trois optiques à partir desquelles les récits autobiographiques ou autofictionnels sont souvent lus: le doute, le scandale, et le narcissisme. Pour conclure, je relis le roman controversé d’Hervé Guibert, A l’ami qui ne m’a pas sauvé la vie comme emblématique de ce rapport qui crée un espace privilégié d’interaction entre l’auteur et le lecteur et en ce faisant, donne à ce dernier un certain pouvoir sur le texte.

Mots-clés


récit à la première personne; autobiographie; autofiction; démocratie; lecture; Hervé Guibert

Texte intégral :

PDF (English) HTML (English)





2012 | Revue critique de fixxion française contemporaine |  (ISSN 2033-7019)  |  Habillage: Ivan Arickx |  Graphisme: Jeanne Monpeurt
Sauf indication contraire, textes et documents disponibles sur ce site sont protégés par un contrat Creative Commons CClogo